vendredi, juillet 31, 2015
Accueil » A C T U A L I T É » Comment les plus gros pollueurs de la plan?te ? s?ach?tent ? des organisations ?cologistes
Comment les plus gros pollueurs de la plan?te ? s?ach?tent ? des organisations ?cologistes

Comment les plus gros pollueurs de la plan?te ? s?ach?tent ? des organisations ?cologistes

Par Simon Gouin

Jusqu?o? les organisations environnementales sont-elles pr?tes ? se compromettre pour conclure des partenariats avec des grandes entreprises?? Basta?! a recueilli le t?moignage accablant d?une ancienne salari?e de la puissante ONG ?tats-unienne Conservation International, Christine MacDonald, journaliste et auteur du livre Green. Inc. En ?change de g?n?reuses donations, cette organisation aide des multinationales comme Monsanto, BP, Total ou Walmart ? ??verdir?? leur image. Ou conseille le vendeur d?armes Lockheed Martin pour recycler les ?clats d?obus ramass?s sur les champs de bataille.

Peut-on ?tre ? la fois vendeur d?armes et prot?ger environnement?? Oui, r?pond Conservation International, une ONG ?tats-unienne. Dans une vid?o publi?e par le magazine anglais Don?t Panic (voir ci-dessous), deux journalistes se sont fait passer pour des repr?sentants de Lockheed Martin, une entreprise am?ricaine qui ?quipe de nombreuses arm?es en avions de chasse et bombardiers. Leur objectif?? Voir comment l?association de pr?servation de l?environnement peut les aider ? ??verdir?? leur image.

Les actions en faveur de l?environnement pr?sent?es par les faux repr?sentants de Lockheed Martin sont pour le moins stup?fiantes?: ??Nous leur avons dit qu?une de notre principale strat?gie pour pr?server l?environnement ?tait le recyclage des ?clats d?obus des zones de batailles, que nous utilisions pour fabriquer de nouvelles bombes ?, raconte Heydon Prowse, un journaliste de Don?t Panic. Des arguments d?velopp?s sur le site de Lockheed Martin. De quoi indigner la repr?sentante de Conservation International?? Pas du tout. Elle propose aux vendeurs d?armes de devenir membre d?un ??Conseil du Business et de Soutenabilit? qui rassemble d?j? les entreprises Cargill, Shell, Monsanto ou Chevron ? des mod?les de d?veloppement durable?! ? et d?appara?tre ainsi sur le site de l?ONG dans la liste des entreprises engag?es dans la protection de l?environnement.

Des ??oiseaux de proie?? comme mascotte

En ?change, l?entreprise am?ricaine doit s?acquitter de 37.500 dollars. Et pour 240.000 dollars environ, d?autres options de sponsoring peuvent ?tre envisag?es. Autres possibilit?s?: d?velopper des ??messages verts?? pertinents ou utiliser les ??oiseaux de proie?? d?Afrique du Nord, une esp?ce en danger, comme une mascotte pour Lockheed Martin, actif dans le secteur de l?aviation.

Comme l?industrie p?troli?re ou celle des OGM, les entreprises de ??d?fense et de s?curit? ne semblent pas ?tre incompatibles, pour Conservation International, avec la d?fense de l?environnement. Northrup Gruman, une entreprise de d?fense ?tasunienne, fournisseur du Pentagone, fait d?j? partie de son fameux conseil de ??soutenabilit?. Le directeur de Northrup est d?ailleurs membre du Conseil d?Administration de Conservation International. Bienvenue au club?!

Christine MacDonald conna?t bien Conservation International. Cette journaliste ind?pendante a travaill? pendant sept mois, en 2006, pour l?organisation environnementale, dans le secteur de la communication. De son exp?rience et d?un travail d?investigation qui a suivi, elle a ?crit un livre, Green Inc.?: An Environmental Insider Reveals How a Good Cause Has Gone Bad, qui expose son regard tr?s critique sur ces organisations environnementales de conservation. Entretien.

Basta?! : Que pensez-vous de l?enqu?te r?alis?e par Don?t Panic ?

Christine MacDonald?: Elle souligne combien Conservation International (CI) et ses rivaux parmi les grosses associations de pr?servation de l?environnement, ont perdu de vue leur mission dans la comp?tition qu?elles se m?nent pour r?colter des dons d?entreprises (son budget avoisine les 290 millions de dollars, ndlr). Si vous observez comment la responsable de CI r?pond (voir la vid?o en anglais ci-dessus), jamais elle ne sugg?re que CI pourrait aider Lockheed Martin ? am?liorer ses pratiques environnementales. Au contraire, toute la discussion se centre sur comment CI peut aider l?entreprise ? am?liorer son image en liant sa marque ? des esp?ces en danger.

Comment expliquer que cette organisation environnementale, comme d?autres, semble ne pas se soucier de la nature des activit?s de grosses entreprises avec qui elle passe des accords??

Un employ? de CI que j?ai interview? apr?s son d?part de l?ONG l?a r?sum? ainsi?: pour ces groupes de conservation, il est ??sexy?? de recruter des donateurs du monde de l?entreprise, et recruter les entreprises les plus polluantes est ce qu?il y a de plus ??sexy??. En accumulant les partenariats, les organisations gagnent du prestige?: elles disent qu?elles sont ?cout?es par le monde de l?entreprise et qu?elles sont donc en train de les influencer vers un plus grand respect de l?environnement. Et puisque les ONG sont de plus en plus nombreuses ? chercher ? attirer ces fonds, il y a ainsi une v?ritable comp?tition entre elles.

Ces organisations environnementales doivent alimenter leurs r?serves financi?res. Elles fonctionnent selon le m?me mod?le que les grosses entreprises, avec des pr?sidents, un conseil d?administration, une hi?rarchie verticale. Mais elles ne fabriquent et ne vendent rien. Seules leurs marques, qui sont reconnues par beaucoup de monde, peuvent leur rapporter de l?argent.

Comment fonctionnent ces organisations de conservation de l?environnement??

Comme le montre la vid?o de Don?t Panic, CI est un groupe expert dans la mise en valeur de son nom ? sa marque ? afin d?attirer les fonds. Des fonds dont l?organisation a besoin pour payer ses hauts salaires [le PDG de CI, Peter Seligmann, a gagn? plus de 470.000 dollars en 2010], maintenir ses bureaux hupp?s tout autour du monde et continuer ? redistribuer ses millions de dollars chaque ann?e, ? de plus petits groupes environnementaux et des chercheurs?[1]. Cette redistribution ? des plus petits groupes est tr?s importante puisqu?elle aide les organisations comme CI ? maintenir leur position dans le haut de la hi?rarchie de ceux qui luttent pour la conservation de l?environnement. En plus, ce poids ?conomique est brandi pour d?courager les autres ONG environnementales de les critiquer, par peur de perdre leurs fonds.

Certaines organisations, comme le WWF, affirment qu?ils doivent travailler main dans la main avec les grosses entreprises de fa?on ? les faire changer. Qu?en pensez-vous??

Depuis des d?cennies, des ONG comme CI, The Nature Conservancy (TNC), le WWF, li?es ? des grosses entreprises, clament qu?elles influencent leurs bienfaiteurs du monde de l?entreprise vers un fonctionnement plus respectueux de l?environnement. On se rend compte facilement que les progr?s r?alis?s par ces entreprises sont superficiels. L?approche court-termiste, qui valorise les logiques boursi?res plut?t qu?une croissance soutenable, continue de dominer.

Ce qui ne semble pas d?ranger de nombreuses associations de pr?servation…

Si vous regardez la composition des donateurs et des membres du Conseil d?administration d?organisations comme CI, WWF ou le TNC, c?est le bottin mondain des pires pollueurs de la plan?te?! Ces m?mes entreprises financent des campagnes de lobbying extr?mement co?teuses ? Washington pour bloquer des lois qui visent ? r?pondre aux enjeux climatiques. Ils attaquent l?Agence ?tasunienne de Protection de l?Environnement et affaiblissent les lois contre la pollution ou pour la sant? publique. Tout en utilisant, parall?lement, leurs liens avec ces groupes environnementaux pour revaloriser leur image publique. Depuis longtemps, ces grands pollueurs savent faire taire les critiques. ? chaque fois qu?une entreprise fait une donation ? un groupe environnemental, cela sert ? ??utiliser?? l?organisation et ? affaiblir ses missions.

Quand vous travailliez pour CI, les employ?s ?taient-ils conscients de cette manipulation et de ce greenwashing??

Il y avait beaucoup de grognements ? l?int?rieur de CI sur certains de ses partenariats. Particuli?rement avec les entreprises p?troli?res comme BP et les compagnies mini?res, qui devaient r?pondre ? la fois aux critiques environnementales mais aussi aux violations de droits humains. Mais peu de gens faisaient entendre leurs critiques, m?me ? l?int?rieur de l?organisation.

Lors d?une r?union de l??quipe de la communication, un de mes coll?gues parlait de projets pour ?tendre une grosse campagne publique men?e avec BP. Quelques jours avant, j?avais lu que BP ?tait nomm?e par l?Agence de Protection de l?Environnement (EPA) comme le propri?taire de la raffinerie la plus polluante du pays. Une de mes coll?gues le fit remarquer. Le groupe r?agit alors comme si elle avait dit quelque chose de vraiment impoli. Pas une seule personne parmi les 30 ? 40 pr?sents, tous soi-disant ?cologistes, n?avait quelque chose ? redire ? propos du partenariat entre CI et une entreprise que l?EPA ? pas vraiment un rep?re d?activistes radicaux ? avait d?sign?e comme le plus grand pollueur du pays. Apr?s quelques minutes d?un silence embarrassant, la r?union reprit, comme si la remarque n?avait jamais ?t? faite. Et peu de temps apr?s, la campagne avec BP a ?t? mise en route.

Comment ont r?agi vos anciens coll?gues ? la publication de votre livre??

Les r?actions ont ?t? vari?es. Plusieurs employ?s actuels ou anciens de CI ont aim? mon livre. Ils ont l?impression qu?enfin, ces questions sont rendues publiques. Mais pour ceux qui continuent ? travailler dans ce secteur, prendre la parole est tr?s risqu?. Un employ? de Nature Conservancy a perdu son emploi apr?s avoir fait l??loge de mon livre sur Internet. D?autres, ? l?int?rieur de Conservation International, ont essay? de discr?diter mon livre comme ?tant inexact, mais ils n?ont pas vraiment eu de succ?s.

Trois ans apr?s sa publication, Green Inc. semble avoir plus d??cho, alors que de nombreuses personnes deviennent conscientes que ces groupes environnementaux sont redevables vis-?-vis des entreprises avec qui elles travaillent. On commence ? se demander si ce lien avec les entreprises polluantes n?est pas une des raisons pour lesquelles le mouvement environnemental n?a pas r?ussi ? mobiliser dans la lutte contre le changement climatique. Je me r?jouis de voir un d?bat s?ouvrir sur les moyens de revitaliser le mouvement environnemental. Ce qui est moins clair, c?est de savoir si ce d?bat m?nera ? l?action ou non.

Propos recueillis par Simon Gouin

Le blog de Christine MacDonald.

Notes

[1] Conservation International est partenaire du WWF, de Care et de centaines d?associations et de fonds de pr?servation ? travers le monde.

Source:

http://www.bastamag.net/article1550.html

A propos de

avatar

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>